Rechercher
  • c20p100

Mon idole, Martin Short

Depuis ma tendre enfance, je rêve d’être Martin Short. J’aime tout de cet homme, là. Il est drôle, il est attachant…comme moi. Comme c’est impossible que je sois Martin Short. Je me suis dit, je vais devenir le Martin Short du Québec. J’étais prêt à changer mon nom pour ça et m’appeler Martin Petit.


Mais il y en un qui m’a devancé. Si j’avais été le premier, c’est peut-être moi qui aurait fait les pêcheurs. Une chance qu’il est arrivé avant moi, parce que j’haïs ça la pêche. Au grand dam de mon père, qui est un grand amateur de pêche. Mais j’haïs ça. Donc comme je pouvais pas me nommer Martin Petit en l’honneur de mon idole Martin Short, j’ai décidé de garder mon vrai nom. Qui était tout aussi original. Un nom lourd à porter parfois, mais tout de même mon nom. Sylvain Pesant, c'est pas des farces, c'est vraiment mon nom. Pensez-vous vraiment que si j’avais eu à choisir un nom j’aurais pris celui-là. Vous pouvez faire toutes les farces plates sur mon nom, je les ai toutes entendues. Il faut dire que j’ai fait rire de moi à l’école avec ce nom, là. Mais pas autant que le gros Léger. Comme si c’était pas assez ses parents l’avaient prénommé Paul.


Voulez-vous bien me dire d'où viennent les noms de famille? Pesant n'est pas un adjectif qui me convienne. Si les noms de famille sont donnés selon une réalité familiale, sûrement que chez les Pesant, en tout cas pour ceux que je connais, et comme c'est un nom de famille assez rare, disons que j'en connais une bonne partie. On ne nous a sûrement pas donné ce nom pour une question de poids, à moins que tous les Pesant du monde entier aient subi un régime drastique et intergénérationnel, ce qui semble de la pure foutaise, j'en conclus que le premier Pesant du nom, le premier de mes ancêtres était une personne importante dans la société, quelqu'un de Pesant.

Mais il n’y a pas seulement mon nom de famille qui sort de l’ordinaire…il y en a plein d’autre. Comme mon ami d’enfance Martin Gouin a marié une certaine Sylvie Marin. Et leurs enfants sont des Marin-Gouin. Comme quoi des fois, le mariage des noms, est pas toujours heureux. À partir de là, j’ai imaginé plein de mariage de noms de famille. Une Boileau avec un Dulac. Une Morand avec un Voyer et le classique des classiques, une Hétu avec un Guay.

Parfois le nom de famille est normal, mais c’est le prénom qu’on donne à son enfant qui laisse à désirer. Comme les Hotte, ont appelé leur fille Lydie, tandis que les Labelle eux-autres ont appelé leur fille, Paulette.


Bon, si vous faites partie de cette catégorie, et que comme moi vous vous faites crier des noms, je vous donne le conseil que ma mère me donnait…quand j’arrivais en pleurant et que je disais…maman tout le monde me crie des noms. Elle m’a dit, crie leur des OUI, tu vas voir ça va les faire taire.

Elle en avait des idées, ma mère. Je me suis toujours demandé pourquoi elle m’avait appelé Sylvain, la seule raison logique que je vois…c’est que j’ai été conçu par une soirée arrosée et que SI LE VIN (Sylvain) n’avait pas existé je ne serais pas là.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Manquer d'inspiration

Je suis célibataire et je dors seul depuis plusieurs années. Mais ce soir je me couche avec la chienne de ne pas savoir quoi écrire pour mon cours. Cette chienne qui au lieu de m’allumer et de m’aguic

MES ANECDOTES DE TÉLÉVISION

Ma première apparition à la télévision, s'est faite par le biais de MONTREAL P.Q. Je ne devais que passer en vélo, mais combien mémorable de se voir à la télévision de Radio-Canada pour la première fo